LE TAR et le MILITAIRE RESERVISTE

INTRODUCTION :

Le TAR réhabilite le tir militaire au sein des réserves (Off, Sous-officiers, Mdr). Il n’y a plus en France d’entraînement régulier au tir militaire parrainé par les militaires d’actives, depuis déjà, à peu près, 20 ans. Il restait la solution de fréquenter les Clubs de Tir chapeautés par la Fédération Française de Tir. Les disciplines sportives pratiquées n’avaient rien à voir avec les armes utilisées par les Forces Armées. L’opportunité s’est ouverte en 2005 avec l’institution des disciplines « Tir Sportif aux Armes Réglementaires (TSAR) » devenu très vite « TAR ». Le terme « Sportif » tombé permet effectivement une plus grande ouverture d’esprit avec l’utilisation d’armes et un règlement plus simple axés sur le « Réglementaire » pour ne pas dire « Militaire » qui heurte certains esprits… Mais l’uniforme a tout de même était accepté malgré quelques accrochages… Le TAR est donc une excellente substitution donnée aux « Réservistes ». C’est à nous OR, SORde nous retrouver dans une même unité d’esprit animé par ce principe « Le tir est le premier objectif du militaire ».avec en toile de fond que le premier coup doit être au but. D’où l‘émulation donnée, par des tirs regroupés, au sein d’une fédération sportive ; avec des championnats que l’on peut assimiler à des évaluations individuelles comme c’est pratiqué dans l’armée d’active. Tout n’est pas encore acquis (le tir de sniper, le tir longue distance etc.) mais il ne faut pas rejeter ce qui est déjà proposé.

COMMENT PRATIQUER?

1) Si l’on ne veut pas avoir des reproches envers la Réserve, il est nécessaire de connaître et d’appliquer les règlements et les lois ou plutôt « les Décrets » concernant les armes. Vous trouverez ceux-ci facilement sur Internet (site de la Fédération Française de Tir).

Vous y trouverez :

Une série de décrets depuis 1939 (toujours valables actuellement !) et surtout les derniers décrets

  • o Décret-loi du 18 Avril 1939
  • o Décret du 06 mai 1995
  • o Arrêté du 16 décembre 1998
  • o Décret du 16 décembre 1998
  • o Loi dite sur la Sécurité Quotidienne 2001
  • o Ordonnance du 20 décembre 2004
  • o Décret du 23 Novembre 2005

 Le spécifique FFTir

  •  Les règles de sécurité (très important) demandez dans vos clubs le manuel d’initiation du tireur (gratuit)
  • Tous les règlements des disciplines de tir dont le TAR
  • Les genres d’armes agrées (document non exhaustif mais déjà fourni)

Des notes pratiques :

  • Les démarches pour l’obtention d’une autorisation d’acquisition
  • Des news, des forums (Internet)
  • Des notes Juridiques et Explications sur le carnet de tir, sur le coffre fort.

Des recours auprès d’Associations de Défense des Tireurs :

  • ANTAC, ADT, IFAL etc. Des sites d’achat.

Puis dans les écrits :

  • Les livres et les journaux spécialisés (Cibles, Action gun etc.) permet entre autre d’acheter des armes d’occasion à prix compétitifs.

2) Faire en sorte que le TAR discipline de la Fédération soit pour le réserviste un entraînement militaire.

Comment ?

Comme je l’ai déjà énoncé :

  • de la cohésion : en se retrouvant le plus souvent possible ensemble (entre réservistes, à des horaires spécifiques si les possibilités du club le permettent) pour échanger les mêmes idées sur le tir militaire.
  • Se lancer des défis : privilégier le premier coup au but et placer correctement les autres balles (le tir sur gong est génial pour cela !) (épreuve pistolet et revolver du TAR)
  • Connaissance des armes : Etre en mesure de faire des scores avec sa propre arme mais aussi avec les armes différentes des autres tireurs. (ne pas se cantonner à ne tirer qu’aux armes de poing ou d’épaule).
  • Cela vous amènera à avoir une connaissance du tir, des munitions, des armes, des fonctionnements de celles-ci.
  • Etre compétiteur pour : d’abord se surpasser puis se faire voir (en uniforme, réglementaire bien entendu). Se faire connaître pour donner aux jeunes l’envie d’intégrer la Réserve (penser au recrutement).

Enfin, et c’est le représentant Régional qui parle, organiser une (des) équipe(s) fanion régionale(s) pour des compétitions nationales ou internationales.(beaucoup de demandes Italie, Suisse, Espagne ; le Languedoc Roussillon est présent ( mais pas en assez grand nombre !) Les places de premier ont tout de même été gagnées (voir les résultats de suisse et d’Italie en 2007).

3 3) Responsable de son armement :

« Se rappeler : Dès que l’on touche à une arme, la considérer comme chargée »

Mise en sécurité vis à vis d’autrui (interdiction du transport sur soi, ne sortir son arme sur le pas de tir que: soit au Cdt, soit en toute sécurité) Mallette de transport ou sac et système de sécurité (obligatoire).

A jour de ses autorisations (3 ans) qui ne sont pas un « port d’arme » mais une « autorisation de détention » avec une extension d’autorisation de transport dans l’ensemble du territoire. (hors territoire : soit autorisation, avec invitation officielle, soit le passeport de tir = Carte Européenne d’Armes à Feu)

Entretien de ses armes.

  • Rapide : après chaque tir (en particulier :
    • canon, cuvette de tir, chargeurs)
  • Complet : En gros tous les 10 tirs :
  •  
    • démontage nettoyage des pièces
    • mobiles et de la carcasse.
  • o Vérification du canon avant le tir.
  • o Toutes les parties de l’arme doivent être sèche. L’huile encrasse et doit servir seulement au nettoyage.
  • o Maniement à sec (emploi de fausse cartouche ou au pire d’étui (douille) : peut servir à sécuriser l’arme).

4) Utiliser tous les moyens actuels pour s’entraîner.

  • A moindre coût les Lasers
  • ndividuel = (ex.) Beamhit
  • Collectif (Noctel – Siuss ascor etc.)

EN CONCLUSION :

Ne pas se comporter comme de simples civils qui utilisent leurs armes sans chercher à comprendre. La plupart du temps pour faire du bruit et se défouler (hors compétiteurs). Il est nécessaire de connaître l’armement actuel dans les Forces Armées en particulier pour la réserve active (OPEX-sous ESR ou non).

Aller au contact, d’où la prévision d’un rassemblement (match amical) par an au niveau Régional dans l’un ou l’autre département. Se regrouper pour des formations servant en même temps d’information. Ce jour là l’information peut être complétée par un autre sujet militaire. Le tir bien qu’important n’est qu’une partie de cette formation de réserviste. Le TAR est un moyen, à nous de le transformer en une action militaire avouable. Enfin le tir doit contribuer à garder l’esprit militaire (la camaraderie légendaire que l’on ne retrouve nulle part ailleurs) qui doit prédominer au sein de la Réserve.

Vous êtes ici : Accueil Accueil Tir LE TAR et le MILITAIRE RESERVISTE